Follow by Email

samedi 15 avril 2017

Le sel et ses conséquences…



Svp, découvrez les merveilleux bienfaits des plantes médicinales du Sahara sur : //lesplantesmedicinalesdusahara.blogspot.com
2. faites vos propres recettes avec Mustapha sur :
//fruitsbio.blogspot.com
3. découvrez la santé et bien être sur :
//Lesecretdusahara.blogspot.com

Aujourd’hui, le sel est un cache-misère qui inhibe les goûts amers des imperfections de fabrication industrielle. Le sel industriel n'est plus ce produit apportant une grande variété d'oligoéléments indispensables.
En moyenne, outre les 2 à 4 g quotidiens de la salière, fromages, pains, plats cuisinés, céréales, apportent en tout 6 à 8 g de sel par jour. Soit 8 à 12 g quotidiennement, alors que la consommation optimale devrait être de 2 à 4 g. 
Ainsi, certains plats cuisinés contiennent jusqu'à 3 grammes de sel, par portion, soit déjà près de la moitié de la dose quotidienne recommandée. Plus surprenant encore, certains sodas sont allègrement salés, tout comme certaines soupes industrielles - qui apportent deux grammes de sodium par assiette et on en trouve même dans certains produits chocolatés ou sucrés.

Ajouté aux aliments, le sel a la propriété d'augmenter la sensation de soif.

La liste ne s’arrête pas là, le yaourt aux fruits que vous achetez au supermarché contient 3 à 4 fois plus de sel qu'un yaourt nature
Les conséquences sont graves : on ne peut pas faire absorber à l’organisme 10 fois plus de sel que ce qui lui est nécessaire sans avoir de lourdes répercussions sur la santé, surtout avec l’âge. 

Consommé en excès, le sel retient trop l’eau dans les tissus, favorisant ou aggravant les œdèmes, les états inflammatoires de différents organes et l’hypertension artérielle chez les sujets prédisposés. 
En réalité, pratiquement tous le monde doit procéder à une réduction de sa consommation en sel. 

En outre, il est très important d’augmenter sa consommation de potassium ! 

Car votre organisme a besoin d’un équilibre entre le sodium du sel et le potassium, contenu essentiellement dans les fruits et légumes. 
Or aujourd’hui, nous consommons quotidiennement en moyenne 12 g de sel pour seulement 3 g de potassium. 

Quand il y a un déséquilibre sodium-potassium, des dysfonctionnements apparaissent comme une faiblesse musculaire, des crampes, des troubles du rythme cardiaque, des signes d'ostéoporose ou d'ostéopénie, et surtout une hypertension. 
Voici les plus graves dangers d’un excès de sel pour votre santé : 
  • Il favorise la rétention d'eau ce qui facilite ou entretient les œdèmes et les inflammations. Toutes les personnes souffrant d'inflammation chronique (maladies inflammatoires comme les arthrites, les polyarthrites, et autres types d'inflammations locales) doivent bannir le sel. Les personnes sous cortisone doivent avoir une alimentation sans sel car la cortisone créant elle-même un œdème général, le sel renforce cet effet secondaire et le rend dangereux. 
  • C’est moins grave, mais beaucoup de femmes se plaignent de cellulite due au fait qu'elles font essentiellement et majoritairement de la rétention d'eau. 
  • Ce satané sel peut aussi avoir des impacts négatifs sur notre cerveau. Une étude a montré que le sel peut contribuer au déclin cognitif des personnes âgées tandis qu'une autre a suggéré qu'en excès il peut retarder la puberté. 
  • Le sel augmente de manière effective les problèmes d'hypertension artérielle. Il n’est plus à démontrer que la tension moyenne dans une population était directement liée à ses apports en sel : l'hypertension artérielle est directement corrélée au taux d'infarctus ou d'AVC (accident vasculaire cérébral). 
  • Le sel est également un facteur clé associé aux problèmes d'ostéoporose. Il n'est pas innocent dans l'apparition de certains cancers digestifs et du diabète. Il est associé aux dysfonctionnements de l'équilibre hydrique de l'organisme, en particulier de la rétention d'eau et des œdèmes, ainsi qu'à certains troubles rénaux. 
  • En attendant, ce forcing sur le sel serait responsable chaque année en France d'au moins 75000 accidents cardio-vasculaires, dont 25000 décès, soit quatre fois le nombre de tués sur les routes ! Une forte consommation de sel majore aussi la prévalence de l'asthme. Si l’on considère l'asthme comme un œdème des alvéoles pulmonaires ; œdème entretenu par le sel. 
  • Le sel a aussi un effet de dessèchement des tissus qui lui donnent ses propriétés conservatrices. Il contribue au dessèchement de la peau, lui-même accentué par l'âge. 
  • Pour l'intérieur de l'organisme, c'est la même chose. En excès (ce qui est souvent le cas), il dessèche les parois des artères, il diminue leur élasticité donc leur pouvoir de dilatation/constriction pour contrôler et réguler la pression sanguine ; l’hypertension résulte de la fibrose des parois vasculaires. 
Hélas, dans les pays industrialisés, il est très difficile de contrôler la quantité de sodium ingérée quotidiennement.


Même quand on veut l’éviter, c’est impossible !
 Avoir la main moins lourde avec la salière ne suffit pas.

Il faut, d'une part, réduire sa consommation de sel « caché », à savoir celui présent dans le pain, les pâtisseries, la charcuterie, les fromages, les plats préparés, les soupes industrielles, les sauces et les condiments. 
On peut également recourir aux sels de substitution, notamment les sels de potassium (carbonates et citrates), qui limitent le déséquilibre sodium- potassium et neutralisent l'effet acidifiant d'une alimentation pauvre en fibres, en fruits et en légumes frais. 

Mes conseils pour manger moins de sel et retrouver le goût des aliments:

1.   Évitez les aliments à forte teneur en sel : charcuterie, chips, biscuits apéritifs, plats préparés, sauces, pizzas, quiches, etc. 
2.   Goûtez votre plat avant de saler ou de resaler. 
3.   Diminuez progressivement le sel pour retrouver la diversité des saveurs des aliments. 
4.   Réduisez la quantité de sel ajouté dans l'eau de cuisson. 
5.   Remplacez le sel par des épices, des herbes, de l'ail ou du citron. 
6.   Cuisinez vous-même les plats afin de contrôler leur teneur en sel. 
7.   Privilégiez les aliments frais par rapport aux aliments transformés. 
8.   Lisez les étiquettes et choisissez les aliments ayant la plus faible teneur en sel. Sur les emballages, le sel peut être mentionné ainsi : «sel » ou « sodium ». un gramme de sodium correspond à 2,5 g de sel. (Exemple : une pizza surgelée qui recèle 2 g de sodium contient en réalité 5 g de sel !) 
Je vous recommande : le sel marin gris

Il est constitué d'un grand nombre de sels d'une importance qualitative remarquable, où tous les minéraux et oligoéléments se retrouvent en l'état ou incorporés dans les particules de la flore marine : magnésium, calcium, soufre et potassium, qui tempèrent l'effet du sodium. fer, manganèse, zinc, cuivre, fluor, iode, etc.

Rappelons que la vie est née dans les océans. 

Consommer plus de  vitamine C naturelle, car son pouvoir régénérant, représente un puissant antidote des effets du sel, ce qui a valu un prix Nobel à un chercheur, Linus Pauling.
*notre bienaimé prophète Mohamed nous avait prévenu des deux blonds qui sont des poisons : le sel et le sucre !

Amicalement à vous !
Mustapha

*Svp, découvrez mon premier livre intitulé « posologies des plantes médicinalesd’Algérie » (première partie)
(Description, propriétés, posologies et astuces)
Pour tout contact, visitez mon blog://topbioshop.wordpress.com